Atelier d'écriture du mercredi 9 septembre 2020


Il y a 50 ans, le 26 août 1970, un groupe d'une dizaine de femmes dépose sous l'Arc de Triomphe, à Paris, une gerbe de fleurs "à la femme du Soldat inconnu". C'était la première action médiatique du M.L.F. (Mouvement de Libération des Femmes).

Voici une courte liste de cinq films qui évoquent le mouvement féministe.

1977 L'une chante, l'autre pas Agnès VARDA (1928-2019)

1999 Debout ! Carole ROUSSOPOULOS (1945-2009)

2006 Le procès de Bobigny François LUCIANI (né en 1954)

2015 Je ne suis pas féministe mais... Sylvie TISSOT (née en 1971)

2015 La belle saison Catherine CORSINI (née en 1956)

Depuis des siècles, nombre de femmes militent pour que leurs semblables aient des droits. Si certaines héroïnes historiques du féminisme ne s'étaient pas accrochées et battues pour leurs convictions, les femmes n'auraient certainement pas cette qualité de vie à l'heure actuelle. Même s'il y a encore beaucoup de choses à améliorer, nous devons à nos ancêtres un profond respect pour ce qu'elles ont accompli. Voici quelques figures qui peuvent nous servir de modèles.

Marie GOUZE (1748-1793) française plus connue sous le nom d'Olympe de GOUGES, rédige en 1791 une "Déclaration des droits des femmes et de la citoyenne".

Lydia BECKER (1827-1890), scientifique britannique spécialisée en biologie, affirme qu'il n'y a pas de différence d'intelligence d'ordre biologique entre les femmes et les hommes.

Hubertine AUCLERCT (1848-1914) milite pour les droits politiques et se présente sur les listes électorales malgré le rejet des femmes au sein du gouvernement Français.

Lü BICHENG (1883-1943) devient la première rédactrice en chef d'un journal en Chine à l'âge de 21 ans.

Georges SAND (1804-1876), née Aurore DUPIN, adopte un prénom masculin dès ses premiers romans, déjà féministes.

Marie CURIE (1867-1934), née en Pologne, est reconnue comme la plus grande enseignante chercheuse de tous les temps.

Clara ZETKIN (1857-1933), allemande, est à l'origine de la journée internationale des femmes.

Emmeline PANKHURST (1858-1928) se bat pour le droit des femmes en Grande-Bretagne, elle est à l'origine du mouvement dit des "Suffragettes".

Emilie GOURD (1879-1946), voue sa vie en Suisse au droit de vote des femmes, obtenu après son décès.

Simone de BEAUVOIR (1908-1986) est la référence philosophique française du droit des femmes, notamment grâce à son livre "le deuxième sexe" publié en 1949.

Frida KAHLO (1907-1954) artiste mexicaine, défend la cause des femmes notamment à travers sa peinture.

Rosa PARK (1913-2005), U.S.A., s'assied dans un bus à une place réservée aux blancs, cette action amène la Cour Suprême à déclarer la ségrégation dans les bus anticonstitutionnelle.

Simone VEIL (1927-2017), Française juive rescapée du camp d'Auschwitz obtient une loi sur l'avortement en 1975.

Le nom de ces héroïnes est passé à la postérité. Mais nous avons rencontré ou connu tout au long de notre vie bien d'autres femmes pionnières, engagées, visionnaires, audacieuses, créatives, insoumises, singulières, transgressives, courageuses, intrépides, rebelles, militantes, inclassables, passionnées, bref, en un mot : libres.

Dans notre propre Panthéon féministe, qui occupe une place importante et pourquoi ? Une grand-mère qui a dirigé la ferme pendant que les hommes guerroyaient (1914-1918 ou 1939-1945) ? Une grand-tante qui portait des pantalons et fumait la pipe au grand dam du reste de la famille ? Une parente qui a caché et nourri une famille juive pendant l'occupation allemande ? Une cousine qui a refusé de se marier avec l'homme qu'on lui destinait à une époque où ce n'était pas facile de dire non ? Une aïeule qui a fui pour vivre libre ? Dans notre entourage, il existe un tabou tenace concernant une femme qui a quitté son mari pour suivre une histoire d'amour homosexuelle ? Avons-nous été encouragé ou interdit de lire Simone de Beauvoir, Gisèle Halimi (1927-2020) ?

C'est le moment de déverser sur papier toute cette émotion contenue trop longtemps concernant le féminisme, le M.L.F., de redécouvrir les slogans percutants :"un enfant si je veux, quand je veux" ou les paroles de la chanson d'Anne Sylvestre (née en 1934) :

Non non tu n'as pas de nom Non tu n'as pas d'existence Tu n'es que ce qu'on en pense Non non tu n'as pas de nom Oh non tu n'es pas un être Tu le deviendras peut-être Si je te donnais asile Si c'était moins difficile S'il me suffisait d'attendre De voir mon ventre se tendre Si ce n'était pas un piège Ou quel douteux sortilège

C'est donc la consigne du jour : comment est-ce que je vois aujourd'hui ce courant féministe, loin d'être clos.

Bonne écriture, bonne lecture !

A mercredi prochain.

© 2020 Marie-Paule Henri.