Atelier d'écriture du mercredi 9 décembre 2020


Dimanche dernier, le 6 décembre, nous fêtions saint Nicolas. Même s'il n'est guère connu en Provence, riche de mille autres coutumes pendant l'Avent et pour Noël, il est toujours très célèbre au XXIème siècle dans la plupart des pays européens du nord et de l'est.

Cette fête s'inspire de l'évêque Nicolas de Myre (Turquie, 250-270) dont une relique (une phalange) est exposée dans la basilique de Saint-Nicolas-de-Port, au sud de Nancy.

Traditionnellement accompagné du père Fouettard, Saint-Nicolas distribue des friandises aux enfants sages : pain d'épice, fruits secs, chocolats, bonbons. Tandis que le père Fouettard prodigue oignons et coups de fouet aux moins vertueux.


C'est l'occasion de relire le texte de la chanson d'Armand Duprat, crée en 1931. Elle s'inspire de la légende qui symbolise les marins sauvés de naufrages :


Ils étaient trois petits enfants

Qui s'en allaient glaner aux champs.

Tant sont allés, tant sont venus

Que vers le soir se sont perdus.

S'en sont allés chez le boucher.

"Boucher, voudrais-tu nous loger ?"


"Entrez, entrez, petits enfants,

Y'a de la place assurément."

Ils n'étaient pas sitôt entrés

Que le boucher les a tués.

Les a coupés en p'tits morceaux

Mis au saloir comme pourceaux.


Saint Nicolas au bout d'sept ans

Vint à passer dedans ce champ.

Alla frapper chez le boucher.

"Boucher, voudrais-tu me loger ?"

"Entrez, entrez Saint Nicolas

De la place, il n'en manque pas."


Il n'était pas sitôt entré

Qu'il a demandé à souper.

"Voulez-vous un morceau d'jambon ?"

"Je n'en veux pas, il n'est pas bon."

"Voulez-vous un peu de rôti ?"

"Je n'en veux pas, il n'est pas cuit."


"Du p'tit salé je veux avoir

Qu'il y a sept ans qu'est au saloir."

Quand le boucher entendit ça,

Hors de la porte il s'enfuya.

"Boucher, boucher, ne t'enfuis pas

Repens-toi, Dieu te pardonnera."


Saint Nicolas alla s'asseoir

Dessus le bord de son saloir.

"Petits enfants qui dormez là

Je suis le grand Saint Nicolas."

Et le Saint étendit trois doigts

Les petits se levèrent tous les trois.


Le premier dit : "J'ai bien dormi."

Le second dit : "Et moi aussi."

Et le troisième répondit

"Je croyais être au paradis."

Ils étaient trois petits enfants

Qui s'en allaient glaner aux champs.



A nous de jouer, maintenant que les enfants sont sains et saufs ! Nous retirons tous les mots en gras, voilà un texte à trous. A nous de les combler par notre vocabulaire afin d'inventer une toute autre histoire !


C'est la consigne du jour : créer une nouvelle épopée pour saint Nicolas.


Bonne écriture, bonne lecture !


A mercredi prochain.