Atelier d'écriture du mercredi 21 octobre 2020


Autrefois, l'automne était synonyme de celliers et autres garde-mangers bien remplis et prêts pour la saison froide à venir. Pour conserver l'alimentaire, aujourd'hui vous avez le choix entre déshydratation (champignons), congélation (viande), stérilisation (coulis et confiture), macération (vins), lactofermentation (choucroute), vinaigre (cornichons) et salaison (poisson). Vous engrangez en cave, au grenier ou dans le garage (à la place de la voiture). Avez-vous besoin d'avoir toujours "en avance", "au cas où" des paquets de papier WC, des produits d'entretien ou du dentifrice ?

En clair, êtes-vous plutôt fourmi ? ! A moins que vous ne soyez cigale...

LA CIGALE ET LA FOURMI (Jean de la Fontaine, 1621-1695)

La Cigale, ayant chanté tout l'été, Se trouva fort dépourvue Quand la bise fut venue. Pas un seul petit morceau De mouche ou de vermisseau. Elle alla crier famine Chez la Fourmi sa voisine, La priant de lui prêter Quelque grain pour subsister Jusqu'à la saison nouvelle. Je vous paierai, lui dit-elle, Avant l'août, foi d'animal, Intérêt et principal. La Fourmi n'est pas prêteuse ; C'est là son moindre défaut. Que faisiez-vous au temps chaud ? Dit-elle à cette emprunteuse. Nuit et jour à tout venant Je chantais, ne vous déplaise. Vous chantiez ? J'en suis fort aise : Et bien ! Dansez maintenant.

Voilà la consigne du jour : expliquez pourquoi et comment vous êtes Fourmi en vous adressant à la Cigale (en la vouvoyant !) ou bien pourquoi vous êtes Cigale en vous justifiant devant la Fourmi.

Bonne écriture, bonnes lectures !

A mercredi prochain.