Atelier d'écriture du mercredi 11 novembre 2020

Dernière mise à jour : 18 nov. 2020


"Morts pour la Patrie."

C'est ce que je peux lire sur le calendrier, à la date du 11 novembre ou encore "Armistice 1918". L'armistice de 1918, signé le 11 novembre 1918 à 5 h 15 met provisoirement fin aux combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918) (de arma, arme et statio, état d’immobilité), reconnaissant de facto la victoire des Alliés et la défaite de l'Allemagne, mais il ne s'agit pas d'une capitulation au sens propre, cet armistice étant prévu pour durer 33 jours, puis il a ensuite été renouvelé. Le cessez-le-feu est effectif à 11 heures entrainant dans l'ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairons, et annonçant la fin d'une guerre qui a fait pour l'ensemble des belligérants plus de 18,6 millions de morts, d'invalides et de mutilés, dont 8 millions de civils. Les représentants allemands et alliés se réunissent dans un wagon-restaurant aménagé, provenant du train d'état-major du maréchal Foch, dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne (Oise).

La guerre est terminée officiellement le 28 juin 1919 avec le traité de Versailles.

En France, la première minute de silence a eu lieu le 11 novembre 1922 devant l’Arc de Triomphe, à Paris, afin de commémorer l’armistice de la Première Guerre mondiale. Le silence remplace alors le son des cloches et les tirs de canon. Elle fait suite à une loi votée le 25 octobre 1919 sous le gouvernement de Raymond Poincaré, alors Président de la République, afin de rendre hommage à ceux qui sont morts pour la France.

Arrêtons-nous un petit moment sur ce mot silence. Tant d'auteurs l'ont utilisé dans le titre de leur livre !

Histoire du silence : Alain CORBIN (né en 1946)

Les pouvoirs du silence : John LANE (1854-1925)

Apprendre à faire silence : Anselm GRÜN (né en 1945)

Eloge du silence : Marc de SMEDT (né en 1946)

Silence : discours et écrits : John CAGE (1912-1992)

Le silence et la parole : Philippe BRETON (né en 1951)

Le silence de la mer : VERCORS (Jean BRULLER 1902-1991)

Les printemps du silence (2008) : Nicolas GO

Luisa et le silence : Claudio PIERSANTI (né en 1954)

L'oeil du silence : Maria TASINATO (née en 1950)

Silence ! (2019) : Céline CLAIRE

Le musée du silence : Yôko OGAWA (née en 1962)

Silences : Jérôme RUILLIER (né en 1966)

Du silence : David LE BRETON (né en 1953)

En danger de silence : Catherine ENJOLET (née en 1953)

Ecoles de silence : Jean-Baptiste PORION (1899-1987)

Les chemins du silence : Michel HUBAUT (né en 1939)

Le monde du silence : Jacques-Yves COUSTEAU (1910-1997)

Mais pour moi, qu'est-ce que c'est le silence ? L'absence de bruit, d'agitation, le fait de ne pas parler, de se taire, le fait de ne pas pouvoir exprimer sa pensée, l'interdiction de divulguer un secret ? Ou bien est-ce l'absence de bruit indésirable ? Trop de silence me met-il mal à l'aise, mon sens de l'ouïe en éveil ? Est-ce qu'il y a des endroits, des moments où le silence m'est indispensable ? Ou au contraire, insupportable ?

Le silence est un ami qui ne trahit jamais. (Confucius)

Le silence est le remède à tous les maux. (Talmud)

L'arbre du silence porte les fruits de la paix. (Proverbe arabe)

"Mon ami, je n'ai rien à vous écrire, voici des heures que je rêve au-dessus de ce papier blanc, je vous l'envoie, regardez-le longuement à votre tour, je vous offre toutes les richesses de mon silence". (André BEUCLER, 1898-1985)

Voici la consigne du jour : écrire sur le silence.

Bonne écriture, bonnes lectures !

A mercredi prochain.